Accueil    Cuisine    Blagues    Horoscope    Jeux    TV    Photos    Chat    Publier un article    Contacts    Me connecter
La Sénégalaise
Actualités Sénégal Reflexions Style de vie Amour Sexualité Chroniques Audio Vidéo Forum +...
M'INSCRIRE
 
mariage et famille      |      conseils et confidences      |      poémes
Chronique d’un « multibataire » (16 et avant dernière partie)
 
 Par Amlesage 21  |  M'inscrire  | 
Partager

La vie m’a toujours fait des cadeaux jusque là, j’ai toujours été à la première loge pour profiter de ses faveurs. Je lui rends bien cela car il n’y rien que j’aime de plus au monde que la vie elle-même, c’est mon plus grand amour.
Profiter, un mot qui pourrait gêner plus d’un, moi je l’assume. Je profite de chaque moment que je passe avec une femme, un délice dont il ne faut point se priver, un plaisir sans fin.

Je me connais plus que quiconque, il n'y rien de plus proche de moi que moi-même je connais mes capacités et mes défauts. D'ailleurs des défauts, j'en ai même pas, je suis la perfection à l'état initial. Je peux être tous les hommes qu'une femme veut que je sois. Il m'est très facile de m'adapter. C'est moi Jules, personne ne peut empêcher la lumière de se braquer sur moi, c'est de l'ordre naturel des choses. Ma présence dissipe la lumière vue que je suis aussi éclatant qu'elle. Je n'en fais pas trop sur mes qualités, je vous parle de faits et de réalité.

Trop, c’est trop ! Quelle connerie quand il s’agit de plaisir. On n’en a jamais trop. Même après avoir eu trois rapports en un seul jour, je raffole toujours de plaisir. Le lendemain, je me suis réveillé complètement vidé et malade. J’avais mal au niveau de mon bas ventre.

J’ai quand même pu me lever pour aller me faire un café puis que Maï n’était plus là pour m’en faire. Mais il y avait bien Eva au salon. Avait-elle passé la nuit avec moi? Heu, je n’en savais rien. Je ne me souviens que du moment où on l’était en plein ébats, le reste, je ne sais même pas ce qui s’est passé.
Eva était là, assise, le visage très inquiet et trop en colère en même temps, moi, je ne comprenais rien.

-MOI: Salut Princesse, tu as bien dormi j’espère.

Elle n’a pas répondu à mes salutations.

Alors, je me suis retourné pour insister quand ma tasse de café est tombée toute seule. Pour la première fois, j’avais tremblé devant pareille.
Eva avait apparemment passé la nuit avec moi.

Quand, je me suis réveillé, j’ai trouvé un message de Maï, me demandant de rappliquer sur le champ et la veille, j’ai raccroché Fatima au nez.
Le matin, je les trouve toutes les trois dans mon salon. Regards en chien de faïence lancé par ci, par là. Visages en feu, ces trois filles avaient chacune une raison de m’étrangler à mort. Pourtant pour les autres, je m’en fichais. Si je devais régler cette situation, c’est pour que mon histoire avec Maï, s’en sorte. Il le fallait, je tenais vraiment à cette fille plus qu’aux autres qui n’étaient que des trophées pour moi.

En ramassant ma tasse de café, je me suis coupé et j’ai encore ressenti le même sentiment désagréable au niveau de mon bas ventre. J’ai ramassé la tasse et je leur ai tourné le dos.

-FATIMA: « Hey do wakh ak nioune iow » (hey tu nous parles pas toi)
-MOI: ça va? Vous allez bien j’espère.

Aucune n’a répondu, j’ai feint de monter vers ma chambre lorsqu’elles se sont ruées vers moi. J’ai agit ainsi parce qu’il était hors de question que je leur parle dans le salon où Tonton aller surgir tôt ou tard.

Je suis monté et elles m’ont suivi.

Je me suis arrêté juste devant la porte et j’ai laissé Eva et Fatima entrer et j’ai attrapé Maï par le bras juste au moment où elle allait franchir la porte. Je l’ai tirée quelques mètres plus loin.

-MOI: S’il te plaît rentre chez toi et laisse-moi régler le problème avec elles.
-ELLE: Est-ce que cette fille (Eva) à dormi avec toi.
-MOI: Non pas du tout, ce n’est mon cousin qui essaie de tout faire pour la mettre dans ma vie.
-ELLE: (…)
-MOI: tu sais bien que je t’ai choisie malgré l’avis de Tonton et Al, alors ne rend pas les choses plus difficiles.
-ELLE: D’accord, fait vite et viens à la maison après, on a un autre problème urgent à régler.

Je suis allé dans la chambre pour retrouver les deux autres. L’ambiance était mortelle, on aurait pu entendre une mouche voler. C’était tellement électrique que quiconque que moi y aurait laissé sa peau. Mais, moi c’est JULES.

-MOI: Désolé qu’on en soit arrivé là mais vous savez toutes les deux que je suis entrain de mettre de l’ordre dans ma vie et vous ne m’aidez pas du tout là. J’ai traversé une période bouleversante depuis un bon moment, je pense que je suis capable de m’en sortir. Seulement, je ne sais pas à quoi vous jouez vous deux, c’est trop déconcertant pour moi.

Ma méthode, c’était de retourner la situation, et les faire culpabiliser afin qu’elles oublient que c’était moi, le fautif.

-FATIMA: C’est comme ça, que tu mets de l’ordre dans ta vie? Tchippppp
-MOI: Tu sais ce qu’on s’est dit l’autre jour? J’espère seulement que tu t’en souviens (pour rappel, je lui avais promis de chasser toutes les autres femmes de ma vie).
-FATIMA: Oui, je m’en souviens.
-MOI: Alors laisse-moi régler ça à ma manière.
-EVA: Mais tu te moques de moi ou quoi de quoi avez-vous parlé putain?
-FATIMA: Ferme ta gueule, toi! Sale p*te, « rousso sakh di fanane si goor » (t’as même pas honte de dormir chez un mec)
-MOI avant qu’Eva ne réplique: Aie… j’avais ressenti la même douleur, cette fois au niveau de l’abdomen.
-FATIMA: tu as quoi bébé?
-MOI: Non rien, s’il te plaît, laisse-moi régler ceci avec elle (en parlant d’Eva).

Fatima était convaincue que je voulais chasser Adja de ma vie pour elle. Tant mieux, si elle croyait ça.

A peine, est-elle sortie qu’Eva se mit à pleurer. Je déteste voir une femme pleurer, c’est ma plus grande faiblesse. Je l’ai serrée dans mes bras et je me suis excusé pour tout ça.

-EVA: Tu m’avais dit que tu ne voyais plus aucune fille et là je découvre que même la bonne est dans ta vie. Putain la bonne !

Elle parlait de Maï avec mépris et cela me faisait trop mal.

-MOI: Hey, elle est juste venue pour récupérer des trucs que Tonton a laissé pour elle, son salaire du mois passé.

Sur ce ton ferme et bien calculé (ni trop sévère, ni trop affectueux), elle savait qu’elle devait se taire. C’est comme ça, avec les femmes, tu es trop doux, trop affectueux, tu te fais rétamer tôt ou tard, sans aucun doute; tu es trop méchant, elles fuient comme la peste. Tu es comme moi, elles te courent après.

Eva continuait de pleurer lorsque, je l’ai pris dans mes bras pour lui dire que personne n’avait passé la nuit dans ma chambre et qu’elle était la première. Cela devrait la réconforter, ce qui fut le cas.

Elle n’était pas la première à dormir dans mon lit, la première c’est Maï. Mais comme je suis doué pour m’en sortir des situations les plus embarrassantes, je sais trouver chaque mot pour rassurer qui que ce soit dans quelconque situation que ce soit.

Haïssez-moi, autant que vous voudrez, je n’en ai que faire, au contraire cela flatte mon égo. Moi, je suis totalement indifférent à ceux qui ne m’aiment pas car «si tu ne m’aimes pas, je me préfère».

Là aussi, j’étais vainqueur mais pour une fois j’admets avoir paniqué devant la situation. Mon mérite c’est d’avoir su me maîtriser en un laps de temps et reprendre le contrôle des choses.

Entre temps, j’avais oublié que j’avais mal mais en descendant des escaliers avec Eva, je suis tombé, je dégringolais les escaliers en un temps éclaire.
Tonton passait juste à l’instant, je me rappelle de son cri et je me suis réveillé à la clinique.

Une belle femme se penchait au dessus de moi et faisait des trucs pas trop nets, des branchements par ci par là, elle était belle alors peu importe ce qu’elle faisait, qu’elle le fasse pour que je regarde sa belle poitrine.
Après quelques instants, elle m’annonce que j’avais besoin de repos:

-L’INFIRMIERE: il faut que tu te reposes beau gosse, sinon tu risques de te scinder en deux.

OUff donc, je n’avais rien, j’étais sain de corps. Je suis béni du ciel, que vous vouliez ou non.

Il était hors de question que je reste là, même si Tonton avait payé pour que je reste pour une semaine. Il est trop con ce gars, il croit pouvoir enfermer une bête comme moi.

Direction chez Maï, la seule que je voulais voir.
J'étais ce garçon sage et candide, je dirai même cet enfant de cœur jusqu'au jour où je tombe sur Al et Tonton. Puis il y a eu Fatima dont j'étais gravement amoureux, elle ne me brisa pas le cœur mais avec elle, j’ai découvert l’amour. Puis, j’ai enchainé les conquêtes que je prenais pour des trophées. J'ai enchaîné copine sur copine, j'en ai fait pleurer plusieurs, brisé le cœur de certaines. C'est la vie.

Je sais que je vais payer pour mes actes mais je les assume parfaitement.
Que Dieu me pardonne...

Seulement avec Maï, ma vie avait basculé. Cette flamme qui était éteinte en moi s'est rallumée et brille comme une étoile... Elle avait changé ma vie sur plusieurs plans, elle m’a remis sur le droit chemin et même encouragé à reprendre la Salât et j'en passe...

Là, le problème, c’est que sa mère ne voulait plus de moi mais elle si, et c’est tout ce qui importait. Sa mère m’a dit qu’elle ne voulait plus que je m’approche d’elle parce que Maï était une femme sensible et fragile. La vieille sérère elle, a promis de m’anéantir mystiquement, si je continuais à la voir. C’est quoi ces bouffonneries encore ?

Personne ne m’empêchera d’aimer cette fille même la belle paire de fesses de sa sœur ne pouvaient me décourager. J’étais déterminé à l’aimer, peu importe ce que cela allait me coûter et elle aussi pensait pareil.

Je lui ai demandé de casser le jeu, le temps que ces deux vieilles se calment. Il fallait aussi que je m’éloigne de sa sœur pour faire sortir l’image de son beau derrière de mon esprit, sinon, je risquerais encore de céder à cette douce tentation qu’elle est.
Alors, je suis rentré chez moi et Tonton m’attendait avec une soi-disant bonne nouvelle.

-LUI: tu finis ton semestre dans quelques jours… Je viens de te trouver un bon coup avec un ami qui vit à l’étranger. Il possède une entreprise et tu vas là bas faire un essaie et si c’est bon, il t’embauche.

Je savais qu’il ne le faisait pas que pour la bonne volonté, il le faisait parce qu’il ne supportait pas que je m’approche de Maï. Je n’avais pas fini mon diplôme alors, il a dû faire preuve d’ingéniosité pour m’obtenir cela.

-LUI: J’ai déjà réservé un vol qui part dans deux semaines et j’en déjà parlé à ta mère, elle a donné son accord.

Non mais! Comme il ne s’agissait pas de ma vie, j’avais quand même mon mot à dire, du moins en théorie.

-MOI: C’est trop brusque Ton’s, il faudrait que j’y pense d’abord.
-LUI: Oui, je sais, mais c’est une occasion en or, tu ne peux pas la rater.
-MOI: Et pour Al ?
-LUI: C’est un irresponsable, il va glander là bas alors que toi, je sais que tu feras ce qu’il faut.

Comment je peux choisir entre Maï et ma carrière? Comment je peux lui annoncer tout ça sans risquer de la perdre?

Et surtout, je n’avais que deux semaines pour me préparer. Partir ou rester? Voilà le dilemme.

Moi, je veux que mon avenir se fasse avec elle, qu’elle soit mon futur mais là il fallait que je choisisse: décevoir Maï ou Tonton, c’est l’un ou l’autre.
En attendant, j’ai encore deux semaines pour profiter de la vie, deux semaines encore pour éviter la sœur de Maï avec sa belle paire de fesses.


La suite
Lire la précédente partie

21  |  M'inscrire  | 
Partager
Prends-moi dans tes bras...
Prends-moi dans tes bras...
Une envie de recommencer
Une envie de recommencer
Saviez-vous tout ce que vous êtes entrain de rater en tardant à vous marier ?
Saviez-vous tout ce que vous êtes entrain de rater en tardant à vous marier ?
Chronique d’un « multibataire » (16 et avant dernière partie)
Chronique d’un « multibataire » (15)
Chronique d’un « multibataire » (17 et Fin)
Chronique d’un « multibataire » (16 et avant dernière partie)
Le Club 44.733 membres
Laloti du Club a commenté le 06 Février  x 
Jules Yallah na rethiele bene DOKHOT bou FORT te FOROKH devant un monde fou boba di nagne kham bakham tu es la perfection!!!
Soff ba de ki comme kou doul dougg douche! Faut dire amine avec moi comme cela mon souhait va se realiser.
medina8776 du Club a commenté le 06 Février  x 
le moins qu´on puisse dire c ke le gars est dans de bo draps.
ALI du Club a commenté le 06 Février  x 
mais @Laloti yaw méré ngeu jules dal mane Jules rien que, la tension des gens qu´il fait monter là takh neu mou nekh meu mdrrr, allez jules fais ton choix
Mouni du Club a commenté le 06 Février  x 
@laloti tu m´as hachée way AMIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ndakh mou nangou mais Jules dou nite kou torokhal djiguéne mou djikk la dé diapal ni dagnou lako djine mais défou loko
annette du Club a commenté le 06 Février  x 
jules tu avais disparu mais toujours aussi narcissique que s´en est énervant
coumbista chou du Club a commenté le 06 Février  x 
@laloti g pas encore lu mé li takh gua wakh li gua. mé nak yeureum ma g explosé de en voyant ton coms way way guoudi gui hanna gua warone bayi ba souba. mé srx AMINEEEEEEEEEEEEEEEEEE yalna hame mé na fékk gnou soriko sinon rek tiicholiiiii mane yaw eupe ua lokho taye sister
coumbista chou du Club a commenté le 07 Février  x 
guisgua liguay creer magui deff erreur @laloti bi mome meune touloko je voulai dire à la fin ´eupe gua lokhoo taye sister´ je te note zéro faute yaw lo beugue mane ak @mouni tt de suite gnou indil lako jules gname gua dei
Amlesage du Club a commenté le 07 Février  x 
hahataaaaay @Laloti iow srx wo koi
maril du Club a commenté le 07 Février  x 
lolll laloti rayy ngama mais mane jules momay daanellll mdrrrr défoul loudoul beug bopam kham bopam yeug bopam lolll
mamisofi du Club a commenté le 07 Février  x 
Allez Jules. Mane mome je te fan
tro ndakh je c ke Lea homes son come sa ou pire o moin toi tu le di. Mane deh jte remerci gueneu moytou sq genre bi rek. Tatiou way
Mayolai du Club a commenté le 07 Février  x 
@Laloti tothie nga fi!! Mais amine han Jules mi dale dou dara, dou khala wala kassirane yalla tassé ak domou badjanam!!!
dakaroise77 du Club a commenté le 07 Février  x 
laloti yaw mér nga dé réyngama ak ay
Saerah du Club a commenté le 07 Février  x 
tu es tellement imbu de ta perosnne que je suis sure que tu vas choisir ta carriére, yalla nala vieille sérére bi détruire mystikement
dakaroise77 du Club a commenté le 07 Février  x 
mé nak jule mane khawma dama ko fan ki dou nit ki dafa doff
Saerah du Club a commenté le 07 Février  x 
Wayé so méné ni wadji si photo bi dé jules je retire ce que j´ai dit ak li laloti wakh
cabijou du Club a commenté le 07 Février  x 
bilay yala na la mére sérére bi diap rek
marie kelly du Club a commenté le 07 Février  x 
ah jules encor jules tjr jules sof nga niou way ah li eupna changél man takh nga sama copin louma wakh douma ko gueum a coz d té méwe tchipp
gabao du Club a commenté le 07 Février  x 
Jules j n t hais pas j t´admire mm si tu es tres prétentieux mais toi o moins tu a le courage de ns decrir ta vie d sal type k tu mene et cela ns amène a ns méfie des gens d tn espèce
chacha sall du Club a commenté le 07 Février  x 
mdrrrrrr @laloti
maya du Club a commenté le 08 Février  x 
@Amlesage , noooonnnn Jules il me plai tro !!!!!
Il garde toujour son sang froi quel que soi la situation !!!!
Au fait ce sont ce sont ces filles qui sont niak fayda, mais lui il sai bien ce kil veu !!!!
Allez Jules
Amlesage du Club a commenté le 09 Février  x 
@Mare Kelly deet waay, té nga diape sa copain, Jules dei lolou douko takha changer! ahhh @Maya enfin dakor ak Jules

1

Chronique d’un « multibataire » (16 et avant dernière partie)
 Réactions du Club

apo a répondu à son propre sujet : « @odase @nduete bayilene nonou rek... »
apo

nakamou a répondu à son propre sujet : « @aramechou baa si riissou souma nare dieeulll dem dik thiaya layy soll kou ma rissou daww @miss ebene ya guiss ... »
nakamou

Tita sama a commenté l'article de LadyBA intitulé : Tribulations d'Aminata - Part 12 : « triste ne li ken khamoul limou done. yeureum nala dal amina. tes ennemies von... »
Tita sama
 A absolument regarder !

Buur Géwël Episode 7
Buur Géwël Episode 7

Une danse d’enfants ougandais fait le buzz !
Une danse d’enfants ougandais fait le buzz !

Déclarations à sa descente d’avion : Idrissa Seck écrase le Macky
Déclarations à sa descente d’avion : Idrissa Seck écrase le Macky
  Dans la même rubrique 

La première nuit
La première nuit

« Ma femme, je la veux belle, jeune et salariée »
« Ma femme, je la veux belle, jeune et salariée »

Comprendre l’évolution du langage chez l'enfant ?
Comprendre l’évolution du langage chez l´enfant ?

Peut-on aimer sincèrement après une trahison ?
Peut-on aimer sincèrement après une trahison ?

Que vous faut-il pour reconstruire votre vie après une rupture douloureuse ?
Que vous faut-il pour reconstruire votre vie après une rupture douloureuse ?
Saisir le code de sécurité : 9SET



 Actualités
  Politique
  Economie
  Société
  Sports
  Culture
  People
  Potins
  Insolite
  Faits Divers
  International
 Style de vie
  Mode et beauté
  Tendances
  Mannequinat
  Psychologie
  Santé
  Hommes
 Cuisine
  Sénégal
  Afrique
  Monde
 Horoscope
  Bélier
  Taureau
  Gémeaux
  Cancer
  Lion
  Vierge
  Balance
  Scorpion
  Sagittaire
  Capricorne
  Verseau
  Poissons
 Amour
  Mariage
  Conseils
  Poémes
 Audio
  Revue de presse
  News
  Reportages
  Magazines
  Musique
  Humour
  Religion
 Vidéos
  Documentaires
  Magazines
  Musique
  Cinéma
  Théatre
  Juste pour rire
  Bonus
  International
 + Plus
  Sexualité
  Reflexions
  Forum
  Enquêtes
  Photos
  TV
  Jeux
  Blagues
Copyright © 2014      La Sénégalaise      Politiques      Contacts      Publicité      Suggestion © La Sénégalaise is powered and managed by Idversion, Solutions Maker! (A Senegalese Company)
Que vous faut-il pour reconstruire votre vie après une rupture douloureuse ?
Journal intime : Encore et toujours...
La force de l´amour (10)
Que vous faut-il pour reconstruire votre vie après une rupture douloureuse ?