La Sénégalaise
Actualités Style de vie Amour Sexualité Chroniques Photos Audio Vidéo Forum Accueil
M'INSCRIRE
 
Trouver un membre du Club
Rejoignez le Club, 57.033 membresPublier un article Ma Bibliothèque Me connecter
  • RFM
  • Zik FM
  • Hip Hop
  • Jukebox
  • RFI
  • Rap Rek
  • Dakar
  • Love
  • Sud FM
  • Music
  • Africa
  • Jazz
  • Nostalgie
  • Urban
  • Dance
  • Romantica
mariage et famille      |      conseils et confidences      |      poémes
Sokhna Diarra (épisode 2)
Sokhna Diarra (épisode 2)
Sokhna Diarra (épisode 1)
Sokhna Diarra (épisode 3)
Sokhna Diarra (épisode 2)
 Enregistrer     Par Medina8776  |  Ma Bibliothèque  |  8  |  M'inscrire  | 
Partager
Sokhna Diarra (épisode 2)
En général, le samedi était considéré comme un jour de repos. Tel n’était pas le cas pour Seydina. De plus, sa journée de travail avait commencé à 7h du matin. Et l’aîné de la famille se trouvait encore au garage en début d’après-midi au moment où Diarra quittait le bercail pour rendre visite à son amie Naïma, après les recommandations de ses parents à se montrer vigilante.

La benjamine emprunta une ruelle menant à la route principale et s’arrêta au niveau d’un salon de coiffure d’où l’on pouvait entendre une conversation féminine bruyante. De cet endroit, Diarra aperçut un taxi auquel elle fit ensuite signe. Le taxi s’arrêta et fit monter la jeune fille une fois la négociation du tarif achevée. Une fois installée à l’arrière du véhicule, elle indiqua au chauffeur sa destination. Durant le trajet, elle observait brièvement le paysage banlieusard avec mélancolie. Mais Diarra ressentait surtout de la peine pour ces villes abandonnées par les autorités publiques et par leurs habitants. Car si les responsables publics ne faisaient pas grand-chose, les résidents de la banlieue dakaroise s’abonnaient au laissez-allez, tant au niveau de l’environnement naturel qu’à celui des principes de vie. Le plus regrettable était que cette situation ne choquait presque personne, et que le débat n’avait pas lieu d’être.

Ce fut sur ces inquiétudes que Diarra arriva devant la demeure de Naïma en pleines Parcelles Assainies. La superficie de cette maison beige égalait celle d’une villa. Solidement bâtie, elle s’élevait à 2 étages, dont le rez-de-chaussée sur lequel la grande porte d’entrée en bois s’ouvrait. Diarra se dirigea justement vers la porte après avoir payé le chauffeur de taxi en lui remerciant. Elle allait sonner quand un petit garçon entoura brusquement sa taille.

« Maman Diarra ! s’exclama le garçonnet avec une grande joie.

-Eh ! Petit bandit ! Ce n’est pas ainsi qu’on doit accueillir les invités ! répondit Diarra. »

Ce fut alors qu’une jeune femme interpellait le garçon depuis la fenêtre située à gauche de la porte d’entrée :

« Daouda ! Qu’est-ce qui te prend ? sermonna cette dernière. C’est très impoli !

-Laisse-le Naïma ! assura Diarra. Ce n’est qu’un enfant !
-Un enfant turbulent et têtu ! compléta la dénommée Naïma avant de quitter la fenêtre pour aller ouvrir à son invitée qu’elle serrait de suite dans ces bras. Les deux étaient en effet les meilleures amies en dépit des 5 ans qui les séparaient. Naïma Diallo était plus âgée que Diarra. Elle était mariée et maman de Daouda, 6 ans. De teint clair et de petite taille, cette caissière vivait dans le même quartier que Diarra depuis l’âge de sept ans. Comme elle et Diarra jouaient souvent ensemble, leur amitié s’était construite sur cette base. Depuis, l’une et l’autre se considéraient comme sœurs.

Et c’était en sœur de cœur que Naïma invita Diarra à entrer dans sa demeure. En rejoignant le séjour, Diarra demanda :

« Mais Fifi n’est pas là ?

-Je l’ai envoyé au marché pour les provisions, indiqua son amie. Son retour ne devrait pas tarder. »

Les deux femmes s’installèrent ensuite sur le canapé avant de poursuivre leur conversation.

« N’empêche qu’avec le monde qu’il y a, commenta Naïma, on y passe plus de temps qu’on ne le croirait.

-Ce n’est rien comparé au marché de Sandaga ! dit Diarra. Ma mère et moi y sommes allées il y a moins d’un mois. Je peux te garantir qu’on y a passé toute la journée !
-Yiiiii ! Ne m’en parle même pas ! Je me suis rendue à Sandaga deux semaines plus tôt : impossible de passer ! Impossible de discuter les prix ! Tout ça à cause de quoi ? Le vacarme qui y règne !
-Sans oublier l’insalubrité omniprésente de manière permanente !
-Bon ! Assez parlé de Sandaga ! Parlons de nous : toi d’abord ! »

Diarra se tint alors le menton avant de reprendre comme pour réfléchir :

« Par où commencer…, fit-elle avant de reprendre humblement. J’ai réussi mon premier semestre à l’école où je suis. Et là je poursuis ma recherche de stage.

-C’est tout ? interrogea Naïma l’air taquin. Et tu ne livres même pas tes réactions à chaud ?
-Pour l’instant, répondit Diarra, rien n’est acquis. Et en ce qui concerne le stage, j’ai entamé ma recherche depuis plusieurs mois déjà, histoire d’avoir de l’avance.
-Tu as bien fait ! acquiesça son amie avec enthousiasme. En tout cas, tu n’as pas à t’en faire, ça va aller ! Certes c’est difficile de trouver un stage, surtout avec les conjonctures actuelles, mais je suis sure que t’en trouveras un.
-Merci !
-Si tu veux, je peux même demander à Almamy de t’aider…
-Mais non ! coupa Diarra. Tu n’as pas à faire ça !
-J’insiste ! En plus, malgré le fait qu’il travail dans la télécommunication, il connait bien le secteur industriel. Cela pourrait lui permettre de te pistonner plus facilement. »

Diarra commença alors à réfléchir à la proposition de son amie. Puis cette dernière ajouta :

« Il y a également le mari de Mama Gomis qui pourrait t’aider.

-Mama Gomis ? fit l’étudiante
-Oui la cousine de Fifi, précisa Naïma.
-Encore faut-il qu’elle ne fasse pas d’histoire… bougonna Diarra
-Je sais. Même Fifi me parle d’elle, pas toujours en bien d’ailleurs.
-Naïma je suis rentrée ! appela une voix féminine.
-Fifi ! annonça Naïma. Je suis au salon ! »

Fifi apparut ainsi au salon pour ensuite saluer chaleureusement Diarra. Ayant le même âge que cette dernière, la jolie fille ronde au teint clair répondant au nom de Fifi Camara était la domestique de Naïma. Comme elle n’habitait pad très loin du domicile, elle y passait volontiers un peu plus de temps. Daouda appréciait d’ailleurs sa compagnie. En parlant du garçonnet, il accourut vers Fifi dès qu’il avait entendu son arrivée. Sur ce, la domestique le prit de ses mains pour le soulever en s’amusant avec lui avant de le reposer.

« Il était temps que tu rentres, Tata Fifi ! s’exclama le petit Daouda.

-C’est pas ma faute ! répliqua Fifi en riant. C’est la faute au marché ! Y a trop de monde !
-Je n’en doute pas, dit Naïma. Mais au fait, ou sont les provisions ?
-Rassure-toi, je les ai déposées dans la cuisine avant de vous rejoindre. À propos, j’ai reçu un appel de ma cousine Mama.
-Comment se porte-t-elle ? questionna Diarra.
-Elle va bien, répondit la domestique. À vrai dire, elle m’a téléphonée pour m’inviter à un diner chez elle samedi prochain. Toi, Naïma et vos familles le sont aussi.
-Vraiment ? s’étonnèrent les deux autres femmes
-Pourtant, reprit Naïma, elle ne nous connait pas.
-Dans ce cas, il doit s’agir d’une grande réception, fit Diarra. Mais en quel honneur ?
-La venue de sa mère, précisa la domestique. Sa mère est revenue des États-Unis avant-hier et Mama convie beaucoup de gens le samedi suivant. »
Tandis que Daouda était retourné dans sa chambre pour jouer, Fifi donna alors les détails de ce grand diner : buffet garni, apéritifs, entremets, repas digne d’une nuit de Noël, etc… . La liste était si longue que Diarra et Naïma en furent bouche bée.

« Combien a-t-elle dépensé ? demanda Naïma.

-Combien a-t-il dépensé ! rectifia Fifi. Tu oublies que ma cousine ne travaille pas et qu’elle ne gagne aucun salaire. C’est son pauvre mari fortuné qui dépense tout. Quand Mama lui dit de dépenser de l’argent, il le fait.
-Mais c’est dingue ! s’exclama Naïma. Moi je ne pourrai jamais faire ça à mon Almamy.
-Je sais ça ! dit Diarra d’un air moqueur. Mr Almamy Sow est si attentionné que t’as pas besoin de lui demander quoi que ce soit.
-Il m’aide en tant qu’époux c’est tout, rétorqua Naïma. En parlant de lui, je suis pas sure qu’il accepte de venir à ce diner, déjà qu’il n’apprécie pas Mr Bah (le mari de Mama). Néanmoins, je vais lui en parler dès qu’il sera rentré.
-C’est chose faite ! déclara une voix masculine suave. »
Almamy Sow, le mari de Naïma, venait de rentrer.
« Bonjour Mesdames ! dit-il. Comment allez-vous ?
-Bien merci ! répondirent en cœur Diarra et Fifi. »

Almamy se tourna alors vers son épouse et lui demanda de quoi elle voulait lui parler. Elle lui expliqua alors l’invitation de Mama à un grand diner. Sur le moment, Almamy fit une moue boudeuse avant de demander de nouveau à Naïma si elle comptait s’y rendre.

« Je n’ai pas envie d’y aller, dit celle-ci, mais je me sens quand obligée d’y aller. Tu connais Mama : si un seul de ceux qu’elle a invités n’est pas présent, elle en fait une affaire d’état.

-Dans ce cas si tu y vas, j’y vais aussi. Par contre, Daouda dormira chez ma mère.
-D’accord, acquiesça Naïma. D’ailleurs je pense que ça lui fera plaisir de voir notre garnement. Et en plus, cela fait un moment que nous ne l’avons plus vue.
-Vous vous parlez déjà au téléphone, ironisa son époux. C’est amplement suffisant !
-Ah ça c’est pas gentil ! rétorqua Naïma en faisant semblant de se fâcher. »

À cet instant, Diarra regarda sa montre, puis annonça qu’elle devait rentrer.
« Déjà ? s’enquit son amie

-Oui, faut dire que le temps passe vite. En tout cas, pour le diner, j’en parlerai d’abord à mes parents avant de confirmer. Mais normalement, ils devraient accepter.
-Est-ce que tu iras seule ?
-Je ne pense pas. Oumar et Seydina seront à la maison. Des deux, y’en aura au moins un qui m’accompagnera. Allez ! Je vous laisse.
-Attends, je viens avec toi.»

Et après avoir salué Fifi et Almamy, Diarra quitta les lieux avec Naïma qui la mena jusqu’à la rue principale. Puis les deux amies se dirent au revoir une fois que Diarra fut installée dans un taxi qui l’emmènerait chez elle. Naïma regarda le taxi s’en aller, les prières et les louanges dans son esprit adressées à son amie Diarra.


La suite
Lire la précédente partie

Ma Bibliothèque  |  8  |  M'inscrire  | 
Partager
Sokhna Diarra (épisode 2)
Sokhna Diarra (épisode 1)
Sokhna Diarra (épisode 3)
Sokhna Diarra (épisode 2)
▼  Nous vous recommandons aussi
[CONFIDENCE] Mon grand amour...
[CONFIDENCE] Mon grand amour...
Ce besoin d’être aimé qui nous façonne...
Ce besoin d’être aimé qui nous façonne...
Il était une fois, le commerçant et ses 4 femmes
Il était une fois, le commerçant et ses 4 femmes
Le Club 57.033 membres
Mamy Colo  x 
hum nexnama..esperons k Diarra puisse croiser un bel homme si diner ba..

medina8776  x 
@mamy collo, croiser un bel homme c´est une chose. Tomber sous son charme en est une autre, surtout que diarra n´a pas la tête à la gent masculine...
Mouni  x 
mama mi dé nirou na kou sikk khawma nak mais bon bonne chance à diarra
bessy  x 
jm bien Diarra, elle a la tête sur les épaules, est ambitieuse et dey niéfé! hate de suivre sa continuation! jspr k el tombera sur des gens bien!!
Mamy Colo  x 
@medina8776 lolou mom deugla....mais il faut mou am pour chro bi nekh
mita  x 
si si en tout cas moi je le souhaite a diarra un mec cool esperons k elle le croise au diner wa mama moom boroom bagass laay niirou yéé vivéé lamay nirou dé wait and see
medina8776  x 
@mamy collo. on verra ce qui ce passera, mais en attendant, faudra patienter pdt 2 épisodes encore, histoire de vous mettre dans le bain en douceur en tout cas merci pour vos com´
Meriem  x 
l´histoire se construit ndankeu ndankeu rek, hâte de voir où ça va nous mener

1

                                                                                    

                                                                                    
Sasissez votre nom » Saisissez le code de sécurité VA7X »

  A absolument regarder !

Per bu xar dans 5mn Chrono “EPISODE 16”
Per bu xar dans 5mn Chrono “EPISODE 16”

On est où là ? saison 1 - Cordon Bleu
On est où là ? saison 1 - Cordon Bleu

« Ramakati », théâtre sénégalais
« Ramakati », théâtre sénégalais

Plaisir Coupable, quand la femme couche avec le frère de son mari
Plaisir Coupable, quand la femme couche avec le frère de son mari

Djénné, la ville millénaire du Mali et la Perle de l’Afrique de l’Ouest
Djénné, la ville millénaire du Mali et la Perle de l’Afrique de l’Ouest
  Dans la même rubrique 

Vieilles-filles, faut-il vraiment chercher à trouver un mari à tout prix ?
Vieilles-filles, faut-il vraiment chercher à trouver un mari à tout prix ?

Mariage, la femme ne peut pas vivre que « d’amour et d’eau fraiche » !
Mariage, la femme ne peut pas vivre que « d’amour et d’eau fraiche » !

« Mon mari me demande de choisir entre mon foyer et mon métier », que feriez-vous à sa place ?
« Mon mari me demande de choisir entre mon foyer et mon métier », que feriez-vous à sa place ?

Saviez-vous ce que risquent les enfants face à la violence conjugale entre les parents ?
Saviez-vous ce que risquent les enfants face à la violence conjugale entre les parents ?

Saviez-vous à quoi ressemblera votre vie de couple en période de ménopause ?
Saviez-vous à quoi ressemblera votre vie de couple en période de ménopause ?
▼  Les + lus
« La femme Sénégalaise est la meilleure », êtes vous d’accord avec cette Italien
 124.957 fois
« La femme Sénégalaise est la meilleure », êtes vous d’accord avec cette Italien
L’expérience sexuelle avant le mariage est-elle nécessaire pour une union durabl
 110.999 fois
L’expérience sexuelle avant le mariage est-elle nécessaire pour une union durabl
Ptdrr ! Non mais Béthio n’est pas sérieux quoi...
 103.663 fois
Ptdrr ! Non mais Béthio n’est pas sérieux quoi...
Que risquent les hommes qui marient plus de quatre femmes, selon l’Islam ?
 102.928 fois
Que risquent les hommes qui marient plus de quatre femmes, selon l’Islam ?
Que faisait-il entre les jambes de la femme d’autrui ?
 101.808 fois
Que faisait-il entre les jambes de la femme d’autrui ?
▼  Les + regardés
Yérim encore sur affaire de sexe et de viol !
 82.167 fois
Yérim encore sur affaire de sexe et de viol !
L'histoire de la femme qui couchait avec son beau-frère
 78.771 fois
L
Seriez-vous prêts à épouser une femme pareille ?
 69.384 fois
Seriez-vous prêts à épouser une femme pareille ?
Qui est cette Sénégalaise mariée qui s’exhibe sur Internet pour son homme blanc
 64.500 fois
Qui est cette Sénégalaise mariée qui s’exhibe sur Internet pour son homme blanc
Les derniers moments de la vie d’une sorcière.
 62.856 fois
Les derniers moments de la vie d’une sorcière.
▼  Les + écoutés
Pourquoi est-ce dangereux de « trop aimer », selon l’Islam ?
 37.665 fois
Pourquoi est-ce dangereux de « trop aimer », selon l’Islam ?
Pourquoi ne jamais arrêter de réciter cette prière ?
 33.006 fois
Pourquoi ne jamais arrêter de réciter cette prière ?
50 ans de mariage, ces Sénégalais vont-ils divorcer ?
 32.766 fois
50 ans de mariage, ces Sénégalais vont-ils divorcer ?
Doit-on tout pardonner, selon l’Islam ?
 32.619 fois
Doit-on tout pardonner, selon l’Islam ?
Pourquoi éviter toute amitié avec ces gens ?
 31.719 fois
Pourquoi éviter toute amitié avec ces gens ?

Saisir le code de sécurité : VI6E


 
 Actualités
  Politique
  Economie
  Société
  Sports
  Culture
  People
  Potins
  Faits Divers
  International
 Style de vie
  Mode et beauté
  Tendances
  Mannequinat
  Psychologie
  Santé et bien-être
  Cusine et gastronomie
  Horoscope du jour
 Amour
  Mariage
  Conseils
  Sexualité
  Poémes
 + Plus
  Reflexions
  Forum
  Enquêtes
  Photos
 Vidéos
  Documentaires
  Magazines
  Musique du Sénégal
  Cinéma
  Théatre
  Juste pour rire
  Bonus
  Musique du monde
 Audio
  Revue de presse
  News
  Reportages
  Magazines
  Musique
  Humour
  Religion
 
  © 2014, La Sénégalaise      Politiques      Contacts      Publicité      Suggestion