Accueil    Cuisine    Blagues    Horoscope    Jeux    TV    Photos    Chat    Publier un article    Contacts    Me connecter
La Sénégalaise
Actualités Sénégal Reflexions Style de vie Amour Sexualité Chroniques Audio Vidéo Forum +...
M'INSCRIRE
 
mode et beauté      |      tendances      |      mannequinat et stylisme      |      psychologie et société      |      santé et bien-être
« Pourquoi les noirs parlent fort en public ? »
 
 Par La Sénégalaise  |  M'inscrire  | 
Partager

« Les voitures marchent avec du carburant, les avions avec du kérosène, les moulins avec de l’eau, et les noirs…avec du bruit !

Eh oui ! Le noir en général fait trop de bruit, tellement de bruit qu’il ne se soucie pas des conséquences que celui-ci produit sur son environnement. Même quand il s’agit d’une simple discussion entre amis, vous aurez l’impression que c’est une dispute, tellement ils crient ! Tout se passe comme si le noir ne pouvait exister que dans le brouhaha. Il trouve normal de tonitruer dans les transports, hurler quand il téléphone, mettre la musique à fond dans son appartement, faire du tapage nocturne etc. La tranquillité de l’autre est sa dernière préoccupation. Tout au contraire, celui qui réclame le silence est perçu comme dérangeant, l’envie du calme étant considéré comme une « affaire des blancs ». En France, il y’a pourtant une réglementation sur le bruit pour prévenir le trouble de voisinage. Mais beaucoup de noirs et d’arabes ne la respectent pas. Ils se comportent comme s’ils étaient au bled en faisant fi des codes de conduite du pays dans lequel ils vivent. C’est ainsi que, à contre cœur, le voisin perturbé (souvent le pauvre p’tit vieux du rez de chaussée) se trouve parfois contraint de solliciter l’intervention de la police pour faire cesser cette atteinte à la tranquillité publique.

Pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette nuisance sonore dont se rendent coupables certains immigrés vivant en France, il faut remonter à ce qui se passe dans leur pays d’origine. L’explication n’est autre que socio-culturelle.

Des véhicules sans pot d’échappement qui traversent la ville à vive allure. Des motos ou des voitures qui klaxonnent pour un rien. Des scieries et des moulins qui fonctionnent à plein régime aux heures de sieste et même jusqu’aux lueurs du crépuscule. Des voitures publicitaires pour annoncer à tue-tête un match de foot ou le « méga-concert » de l’année. Des discothèques et des buvettes qui mitraillent leurs quartiers toute la journée et même aux heures indues. Des ouvriers qui martèlent, meulent ou scient sans arrêt dans des ateliers installés dans les mêmes concessions que des habitations. Des sectes qui à longueur de journée battent tam-tams et chantent à gorges déployées les « bienfaits du seigneur ». Des magasins qui, à l’approche des fêtes, sous prétexte de « liquider » leurs produits, sortent leurs haut-parleurs et imposent une « musique » assourdissante à tout le quartier, voilà la triste réalité de la plupart des villes d’Afrique. Dans un environnement aussi bruyant, on est quelque part obligé d’élever la voix pour se faire entendre. Le problème est que ça devient très vite une habitude.

En outre, les familles africaines, réputées pour être nombreuses, grandissent non pas dans des appartements comme en Europe, mais dans des maisons qui, à mesure que la marmaille d’enfants s’agrandit, se transforment en caisse de résonance des rires, des cris, des pleurs, c’est-à-dire du bruit. Et le voisinage s’en accommode sans oser rouspéter.

Quand en France, la civilité voudrait qu’on prévienne ses voisins lorsqu’on s’apprête à organiser une réjouissance festive chez soi, en Afrique un tel protocole serait vu comme superfétatoire. C’est chacun qui impose l’écoute de sa sélection musicale à tout l’immeuble, quand ce n’est pas au quartier tout entier.

Mais qui a dit aux noirs qu’il fallait nécessairement hurler comme des hyènes édentées pour se faire entendre au bout du fil ? Le pire c’est quand ils appellent au bled. Tout se passe comme si dans leurs têtes, ce n’est qu’en criant que la personne appelée pourrait entendre. C’est malheureusement ainsi qu’ils vont importuner toute la rame de métro avec une conversation téléphonique qui n’aura plus rien de confidentielle, sauf bien sur lorsqu’ils s’expriment dans leur charabia de patois.

Pourtant, l’excès de bruit a des effets néfastes sur les organes de l’audition. Un excès de bruit, fut-il temporaire, peut fatiguer les oreilles et entraîner une perte de l’acuité auditive. Les noirs (surtout les darons et daronnes blédards là), sont donc les premiers à avoir intérêt à parler sans se faire remarquer, c’est à dire à voix basse.

Arrêtez de nous casser les oreilles dans les transports en tonitruant comme ci le bus ou le métro vous appartenaient ! »


Par La Chronique Epicée

Ceci est une opinion d'un Occidental que La Sénégalaise (un site web de propriété sénégalaise créé et géré par des Sénégalais) tenait à partager.

 |  M'inscrire  | 
Partager
Une femme, une mère, une vertu...
Une femme, une mère, une vertu...
La Reine Ndaté Yalla Mbodj : la femme Sénégalaise et le pouvoir, une histoire que chaque Sénégalais doit savoir
La Reine Ndaté Yalla Mbodj : la femme Sénégalaise et le pouvoir, une histoire que chaque Sénégalais doit savoir
Qu´en gagneriez-vous à rester chaste ?
Qu´en gagneriez-vous à rester chaste ?
Le Club 44.758 membres
sokhnasarré du Club a commenté le 26 Juin  x 
Vous devriez arrêter de partager des articles de cette chronique épicé toujours à nous denigrer !!!! Vous leurs faites de la pub

1

« Pourquoi les noirs parlent fort en public ? »
 Réactions du Club

albabilal a répondu à son propre sujet : « merci @bou sy mention speciale debut le debut tu n´as cesse de m´encourage merci encore... »
albabilal

Mouni a répondu à un sujet de artistoo : « liii nak c'est ce qu'on appelle un homme immature tu n'es pas pret kay boul diokhe sa kaadou ba nite ki yeug... »
Mouni

seckouly a commenté l'article de citoyenne intitulé : Il etait une fois un homme et une femme (16) : « ainsi vaz la vie ce ne pouvait pad etr un hasar l´absenc d ... »
seckouly
 A absolument regarder !

Un Café Avec (5 décembre 2012)
Un Café Avec (5 décembre 2012)

Qui cherche... trouve !
Qui cherche... trouve !

La Fouine - J'avais pas les mots
La Fouine - J´avais pas les mots
  Dans la même rubrique 

Coup de gueule : il faut interdire la prostitution au Sénégal !
Coup de gueule : il faut interdire la prostitution au Sénégal !

L’angoisse de finir « vieille fille »
L’angoisse de finir « vieille fille »

« Pourquoi les noirs parlent fort en public ? »
« Pourquoi les noirs parlent fort en public ? »

Préfèrent-ils la beauté ou l'intelligence ?
Préfèrent-ils la beauté ou l´intelligence ?

Les femmes préfèrent-elles les menteurs ?
Les femmes préfèrent-elles les menteurs ?
Saisir le code de sécurité : SEN3



 Actualités
  Politique
  Economie
  Société
  Sports
  Culture
  People
  Potins
  Insolite
  Faits Divers
  International
 Style de vie
  Mode et beauté
  Tendances
  Mannequinat
  Psychologie
  Santé
  Hommes
 Cuisine
  Sénégal
  Afrique
  Monde
 Horoscope
  Bélier
  Taureau
  Gémeaux
  Cancer
  Lion
  Vierge
  Balance
  Scorpion
  Sagittaire
  Capricorne
  Verseau
  Poissons
 Amour
  Mariage
  Conseils
  Poémes
 Audio
  Revue de presse
  News
  Reportages
  Magazines
  Musique
  Humour
  Religion
 Vidéos
  Documentaires
  Magazines
  Musique
  Cinéma
  Théatre
  Juste pour rire
  Bonus
  International
 + Plus
  Sexualité
  Reflexions
  Forum
  Enquêtes
  Photos
  TV
  Jeux
  Blagues
Copyright © 2014      La Sénégalaise      Politiques      Contacts      Publicité      Suggestion © La Sénégalaise is powered and managed by Idversion, Solutions Maker! (A Senegalese Company)
Les femmes préfèrent-elles les menteurs ?
Préfèrent-ils la beauté ou l'intelligence ?
L’angoisse de finir « vieille fille »
Les femmes préfèrent-elles les menteurs ?