• Thursday 27 Jul, 2017
  • 02:36 AM Dakar
  • 04:36 AM Paris
  • 10:36 PM New York

Réseaux sociaux:

Côte d’Ivoire : Un serpent qui cracherait des billets de banque attire des foules au cimetière, là où l’animal aurait été localisé

4 months ago, Written by , Posted in SOCIETE
Pauvreté, recherche de gain facile, cupidité, le tout Divo ou presque a fait ces derniers jours un tour au cimetière municipal pour empocher sa part de billets de banque, une denrée rare en ce moment.
Un serpent qui cracherait des billets de banque au cimetière, voici l’information qui fait le tour de la ville de Divo depuis maintenant une semaine et qui a conduit plusieurs milliers de personnes au lieu de repos éternel à la recherche de la fortune.
Pauvreté, recherche de gain facile, cupidité ou tout simplement curiosité, le tout Divo ou presque a fait ces derniers jours un tour au cimetière municipal pour empocher sa part de billets de banque, une denrée rare en ce moment.
A l’origine de ce branlebas collectif, une rumeur sur un « brouteur » entendu cybercriminel, qui aurait disparu au cimetière au moment où il tenterait de jouer un sale tour à sa petite amie. Au lieu de transformer sa dulcinée en reptile, c’est lui-même qui serait devenu ce gros serpent censé produire en illimité des billets CFA craquants neufs.
Un véritable canular que les divolais, dans leur grande majorité, prennent néanmoins pour argent comptant se bousculant au cimetière à la recherche du serpent et surtout de ses prouesses.
Le régisseur du cimetière, Kouassi Konan Patrice, a qualifié vendredi de « rumeur » tout ce qui « se dit en ville ». « Aucun serpent ne crache de l’argent ici. Je ne sais pas d’où vient cette rumeur », a-t-il déclaré sur les antennes de la radio régionale, Radio Sud Bandama.
Le premier adjoint au maire, Dago Basile, s’est lui aussi rendu au cimetière et a tenu à dissuader les populations de s’y rendre à la recherche d’argent. « C’est un cimetière municipal et il ne faut pas y aller profaner inutilement les tombes », a conseillé l’élu.
En dépit de ces démentis les populations, habituées à voir les brouteurs flamber dans les rues de Divo, restent convaincues qu’il existe bel et bien un serpent venu du ciel pour les arracher de la pauvreté.
Avec AIP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *