• Tuesday 12 Dec, 2017
  • 12:23 PM Dakar
  • 01:23 PM Paris
  • 07:23 AM New York

Réseaux sociaux:

Faut-il faire passer les besoins de nos enfants avant les nôtres ?

3 weeks ago, Written by , Posted in Uncategorized

Tous les week-ends, c’est la même rengaine. Ma fille veut aller à la piscine, et moi à la médiathèque. Qui doit décider ? Une psychologue éclaire ce dilemme.

«Faut-il faire passer ses désirs après ceux de ses enfants ?» s’est demandée récemment dans un post la créatrice du blog Quatre Enfants. Pour ne pas se perdre dans le puits sans fond de l’argumentation, la réponse de cette Parisienne trentenaire à beaucoup de questions de ses (quatre) enfants sera toujours «parce que c’est moi qui décide». Efficace diront certains, brutal trancheront les autres. «Phrase riche de bienveillance et de sagesse», se défend la blogueuse. La psychologue clinicienne pour enfants et adolescents, Emma Levillair, éclaire le débat. Ce week-end, j’ai besoin de me rendre à la médiathèque mais ma fille de 7 ans veut aller à la piscine. Qui décide ?

Jusqu’à 7 ans, il est important d’imposer un cadre

Emma Levillair.- Il s’agit d’un principe fluctuant, et c’est du cas par cas. Ce sont les parents qui doivent trancher, à condition qu’il y ait un principe éducatif derrière. Dans un cas précis où un enfant veut regarder la télé et que sa mère insiste pour qu’il lise, c’est elle qui prend la décision finale. En revanche, s’il s’agit d’un intérêt purement personnel pour les parents, tout dépend de l’activité. Il faut aussi penser que les parents doivent s’investir avec leur enfant, d’autant plus durant le week-end, moment où parents et enfants peuvent se réunir et passer du temps ensemble. Ce sont ces petites activités que l’enfant va choisir qui vont le faire grandir et lui permettre d’évoluer en tant que personne à part entière. L’âge est aussi à prendre en compte. On considère que jusqu’à 7 ans, il est important d’imposer un cadre qui repose sur des principes éducatifs. Avant cet âge, les enfants ont souvent besoin d’avoir une activité qu’ils pratiquent de manière récurrente. Et dans ce cas-là, il est difficile de changer leurs habitudes pour un besoin personnel, au risque de les déstabiliser. Vers l’âge de 10 ans en revanche, il faut les laisser faire leurs propres choix et il faut laisser parler leurs désirs, sans vouloir leur imposer les nôtres. Il faut les laisser vivre, même si ça ne correspond pas à nos besoins ni à nos attentes.

Il faut préparer l’enfant à faire des compromis

Est-ce que le fait de faire passer les besoins de mon enfant avant mes miens peut avoir des conséquences sur son éducation et son développement ??Oui, clairement. Un enfant à qui on laisse tout passer ne connaît pas le sentiment de frustration ni les concessions. Arrivé à un certain âge, notamment au CP, si la maîtresse lui demande de faire une activité qui ne lui plaît pas, et qu’il ne la fait pas, cela posera problème. La frustration et le compromis sont des notions qu’il va subir à un moment ou un autre dans la société, il faut donc le préparer à cela. Et en plus des problèmes à l’école, cela peut aussi poser des problèmes de comportement.

Sans compter le risque d’en faire un «enfant roi» ??

Tout à fait, puisqu’il va partir du principe que tout lui est dû. Et si, tout à coup, nous faisons passer nos besoins avant les siens, il ne comprendra pas. Ce qui peut provoquer de la colère, du chagrin, mais aussi la volonté de transgresser les règles et de désobéir. Mais dans le cas inverse, c’est aussi dangereux de trop vouloir faire passer nos besoins avant les siens et de lui imposer nos souhaits, car l’enfant, trop collé aux envies de ses parents, ne saura pas ce qu’il veut vraiment dans la vie. Si je fais passer mes besoins avant ceux de mes enfants, vais-je passer pour une mauvaise mère ??Il n’y a pas de mauvaise mère. Chacun fait ce qu’il peut. Les parents peuvent se tromper, l’important c’est de s’en rendre compte. Mais si l’on se pose ce genre de question, c’est déjà positif. Les termes «mauvais» comme «bons» parents n’existent pas. Le tout est de trouver un équilibre.

Il n’y a pas de mauvaise mère, chacun fait ce qu’il peut

Existe-t-il un risque de s’oublier soi-même, en tant que parent, à force de toujours faire passer les besoins de mon enfant avant les miens ??Évidemment. Les besoins et les désirs de l’enfants vont demander de plus en plus de temps en grandissant. Il va devenir de plus en plus demandeur, et on risque en tant que parent, d’être dévoré. Il faut donc trouver un juste milieu. Justement, comment le trouve-t-on ce juste milieu ? Et comment préserver l’équilibre ??Avant tout, il faut se remettre en question et penser à ce qui est le mieux pour mon enfant. Il existe un équilibre, mais il est propre à chaque parent et à chaque enfant. Il n’existe pas de principe clé, chaque individu est différent, donc l’équilibre varie. Deux choses peuvent toutefois être vérifiées, il faut poser la question de la priorité, et de la motivation. Il faut aussi faire la part des choses, voir ce qu’il est possible de faire pour contenter tout le monde. C’est important en tant que parent de prendre du temps pour soi, mais il faut aussi penser à l’éducation de nos enfants. Il faut regarder comment arranger tout le monde et voir, si au final, chacun peut y trouver son compte. Un peu comme dans une entreprise, il faut s’adapter à tous les éléments.

 

Source: madame.lefigaro.fr

0

Comments below

comments

Leave a Reply