• Wednesday 22 Nov, 2017
  • 04:45 PM Dakar
  • 05:45 PM Paris
  • 11:45 AM New York

Réseaux sociaux:

GUEDIAWAYE: Fatma Fall a été agressée, puis tuée près du lycée Limamoulaye …. ILS l’ont tuée pour…

1 month ago, Written by , Posted in Uncategorized

La commerçante Fatma Fall est tombée sous les couteaux de deux agresseurs

Le 20 avril 2012, Fatma Fall a été agressée, puis tuée près du lycée Limamoulaye de Guédiawaye. Modou Dieng, l’un des accusés, encourt la prison à vie. Un mandat d’arrêt pend au nez de son acolyte El Hadji Dramé. Délibéré le 7 novembre à la Chambre criminelle de Dakar.

La dame Khady Fall n’a pas pu retenir ses larmes, devant la barre de la Chambre criminelle. Elle a versé de chaudes larmes, lorsque le juge revenait sur le déroulement du film de la mort de Fatma Fall, suite à une agression. Puis, ayant réussi à se ressaisir, elle a corroboré les propos du président. ‘’Ma fille a été surprise par deux individus à bord d’un scooter, près du Lycée Limamoulaye de Guédiawaye. Ses numéraires et son téléphone portable ont été emportés. Les malfaiteurs l’ont laissée sur les lieux. C’est à l’hôpital de Pikine qu’elle a rendu l’âme. Elle a pu me raconter ce qui s’est passé, avant de succomber à ses blessures’’, a-t-elle renseigné, en sanglots. Khady Fall d’indiquer : ‘’Fatma était une commerçante. Elle partait tôt le matin, à 5 heures du matin, pour ne revenir que le soir. Ceci, afin de subvenir aux besoins de ses parents et de son mari. Elle était la préférée de son père. Celui-ci est finalement décédé, car il ne pouvait plus supporter cette douleur qui le rongeait.’’

Les agresseurs l’ont tuée pour 10 000 F CFA et un téléphone portable

Et pour cette affaire, c’est Modou Dieng et El Hadji Dramé qui ont été renvoyés devant ladite juridiction pour association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit avec usage d’arme et violence ayant entraîné la mort. Le dernier nommé a été placé sous mandat de dépôt, le 3 mai 2012, un mois après les faits. C’est Mor Talla Fall qui a avisé les éléments du commissariat de Guédiawaye. Il leur a révélé que, dans la nuit du 19 au 20 avril 2012, son épouse a été prise à partie par des individus avec un couteau. Toujours dans sa déposition, le mari n’a pas manqué de donner le numéro de téléphone portable de la victime afin de faciliter aux enquêteurs leurs investigations. Cela a porté ses fruits.

Car les réquisitions téléphoniques faites ont permis de savoir que Modou Dieng a utilisé ce numéro le lendemain des évènements, à 11 heures 34 minutes. Cueilli, il est passé aux aveux, en soutenant avoir agressé la commerçante avec son ami El Hadji Dramé avant de la déposséder de ses biens. ‘’J’ai donné un coup de couteau à la dame et c’était sur la main, parce qu’elle était téméraire. Elle ne voulait pas se laisser faire. C’est Dramé qui lui a asséné le coup qui a entraîné sa mort. Il l’a poignardée au dos. Après cela, nous nous sommes rendus derrière le stade Amadou Barry pour le partage du butin qui était de 10 000 F CFA et un téléphone portable que nous avons cédé, le lendemain, à un inconnu’’, a-t-il déclaré à la police.

A la barre, Modou Dieng a changé de version. Il laisse entendre : ‘’Je suis étranger aux faits. On m’a vendu le téléphone à 15 000 F CFA. Quand j’ai inséré la puce, j’ai reçu un appel d’une fille m’informant que j’ai reçu du crédit. On s’est fixé un rendez-vous pour que je lui rende son crédit. C’est ainsi que j’ai été arrêté. Je les ai même conduits au lieu où j’ai acheté le téléphone, mais le gars était déjà parti. Je ne savais pas que le téléphone appartenait à la victime’’. Le juge lui fera savoir qu’on lui avait tendu ce piège pour procéder à son interpellation. Toutefois, El Hadji Dramé n’a pu être retrouvé au cours de l’enquête.

‘’4 couteaux dont 2 tachetés de sang mis sous scellé ‘’

Prenant la parole, le ministère public a souligné que l’accusé ne mérite aucune compassion. ‘’C’est quelqu’un qui, tout au long de la procédure, est passé aux aveux en présence de son conseil Me Abdou Dialy Kane. Mais il a changé de fusil d’épaule aujourd’hui, devant la barre de la Chambre criminelle’’, a martelé le représentant du parquet qui ajoute : ‘’Il avait reconnu les faits, en citant le nom de son acolyte El Hadji Dramé qui avait participé à ces faits. Face au juge d’instruction et devant la barre, il a dit ignorer ce nom. Les enquêteurs sont allés au domicile de Dramé qui avait pris la fuite, après les faits. Ils ont mis sous scellé 4 couteaux dont 2 tachetés de sang’’. En fait, le certificat de genre de mort a révélé que Fatma Fall est morte, suite à une hémorragie secondaire. Sur ce, il a requis les travaux forcés à perpétuité contre Modou Dieng et a demandé au président de lancer un mandat d’arrêt contre d’El Hadji Dramé. L’époux et la mère de la victime ont réclamé 7 millions, à titre de dommages et intérêts.

Pour la défense, on ne peut pas imputer les faits à un innocent. De plus, ‘’il n’y a aucun élément objectif dans ce dossier’’. Elle a demandé l’acquittement, avant de dire au juge de débouter la partie civile de sa demande ‘’excessive’’.

La décision sur cette affaire sera connue le 7 novembre prochain.

0

Comments below

comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *