• Monday 17 Dec, 2018
  • 06:18 PM Dakar
  • 07:18 PM Paris
  • 01:18 PM New York

Réseaux sociaux:

Chronique d’une sénégalaise dévergondée: qui suis-je?

5 years ago, Written by , Posted in CHRONIQUES

Qui suis-je?

J’ai décidé d’entretenir une chronique sur le site web lasenegalaise.com pour mon propre plaisir mais aussi vous éveiller sensibiliser, conseiller et évacuer mes propres frustrations. Évidemment, comme vous pouvez le constater, j’ai du temps à revendre. Je suis aux études à l’Ucad au département de philo. Vous savez quand on n’a rien à faire de sa vie où on n’attend pas beaucoup de chose de la vie, on peut aller étudier en philosophie. Car la philosophie ne mène nulle part, et d’ailleurs, on ne devrait pas l’étudier. Tout le monde peut philosophe à ses heures perdues. Trèves de tralala, je ne suis pas ici pour vous parler de philo ou culot de ma part…
Qui suis-je? Une fille de 22 ans vierge par révolte et par mépris des hommes. Quand enfant on méprise déjà les hommes, c’est par ce que le modèle pater y est pour quelque chose. Mon père est un polygame invétéré : quatre belles femmes, les unes plus dodues que les autres. Il a dans son poulailler quatre grosses pondeuses ma mère y compris. Des pondeuses soumises, dociles et qui l’entretient à ne rien faire.
Une de mes jeunes tantes vend du thiéré labo, c’est à dire du couscous, ma mère vend, du fondé et mes deux jeunes tantes vendent des petits pagnes et des objets de toutes sortes, artifices destinés à rendre les hommes dépendant de la femme quand vient l’heure de s’enfermer et de voir combattre dans la nudité dans une arène closes ou le seul témoin sont les effluves du corps….Ces deux jeunes dames au vu de leur jeunesse et de leur capacité à marcher sans trop se fatiguer font du porte à porte pour vendre leurs marchandises que je trouve si rudimentaire que je me demande comment, elles peuvent s’en sortir. Ma mère et sa deuxième coépouse sont tous les soirs assises au bord de la route, à quelques mètres du goudron pour vendre leurs marchandises. Elles y restent tellement tard que le plus souvent elles s’endorment sur la natte ou elles sont assises. De temps à autres quelques clients les réveillent pour acheter leur produit. Ce n’est que lorsqu’elles ont totalement épuisées et voyant que dans la rue, il n’y a presque plus de passant qu’elles décident alors de rentrer avec leur maigres gains. Enfants, et plus tard ado, j’ai plusieurs fois dormi à coté ma mère au bord de la route recroquevillée sur une vielle natte usée, enveloppée de ma pagne.
C’est à se demander même comment j’ai pu avancer dans les études! Moi qui était tout le temps à coté de ma mère et qui apprenait très peu mes leçons…..( à suivre)

La dévergondée.

Dans une certaine mesure le sexe a tous les attributs d’une drogue. Le sexe peut rendre fou comme bien des drogues, lorsqu’on en abuse. Lorsqu’on est totalement dépendant. Eh oui, c’est une forme de folie que de sacrifier son honneur, sa dignité, son avenir et ses biens pour quelques éphémères plaisirs coupables…DSK a sacrifié une présidence à sa portée pour le sexe d’une femme; une dame qui est loin d’être parmi les plus belles de ce monde. Cette femme, son principal atout devant DSK, son pouvoir est d’avoir entre les jambes un vagin, le fruit le plus convoité au monde par le cerveau de l’ex directeur du FMI. DSK pouvait facilement être président de la République de France, les portes de l’Élysée lui étaient presque ouvertes, il ne lui restait qu’à marcher droit et à ne pas se laisser distraire pour aller occuper les lieux. Mais hélas sa folie pour le sexe l’a détruit à jamais…
Des DSK, Il y en a plein dans ce monde…Et de tels gens savent eux-mêmes qu’ils ne sont pas normaux, que leurs attitudes leur font courir à leur perte. Mais pour autant, ils sont prisonniers de leur passion.
La tyrannie du sexe s’exerce aussi bien sur les hommes que sur les femmes. Les religions l’ont très bien compris très tôt, en cherchant à créer un cadre légal et contrôlé pour l’épanouissent sexuel, c’est-à-dire le mariage. Les religions ont toujours voulu préserver l’homme et la femme contre les cotés pervers du sexe et de la sexualité. Le sexe a l’état brut, le sexe sans raison, la sexualité spontanée et à tout-va rabaisse l’humain au rang des animaux les plus vils….
N’eussent été les religions, le monde serait purement et simplement chaotique. Même si le monde est peuplé de millions et de millions d’athées cela n’empêche pas pour autant que l’équilibre de ce monde demeure encore dans la cohabitation entre les religions et les autres formes de croyances qu’elles soient spirituelles ou non. Imaginons un instant un monde sans aucune religion….
Bref, je parle de tout ceci simplement pour vous dire que mon mari est dépendant du sexe, et je ne vois par quel moyen, il serait possible de le soigner. Il visualise en cachette des films pornos et courent après toutes filles frivoles du quartier. Je suis malheureuse et je dois accepter ce sort de vivre avec un pareil monsieur, Qui voudrait de moi avec 5 petits bambins à nourrir? Personne, j’imagine. Tel est mon sort.

Anta.

 

1

Comments below

comments

Leave a Reply