• Monday 17 Dec, 2018
  • 06:17 PM Dakar
  • 07:17 PM Paris
  • 01:17 PM New York

Réseaux sociaux:

Chronique d’une sénégalaise dévergondée: Le destin d’être femme au Sénégal!

5 years ago, Written by , Posted in CHRONIQUES
  • Chronique d’une sénégalaise dévergondée: Le destin d’être femme au Sénégal!

Je viens de lever le coin du voile sur qui je suis, le coin du voile sur ma famille et sur quel type de foyer j’ai grandi. Il me reste à vous parler de mes rêves et de mes aspirations. Mes rêves et aspirations sont probablement celles toutes les jeunes filles de mon âge : un bon emploi, se marier, avoir des enfants et aider plus tard mes parents, particulièrement ma mère et mes jeunes frères et sœurs. Tout en gardant mes valeurs et mes convictions. Tout ceci sera-t-il possible? L’avenir nous le dira. Une chose est certaine cependant, dans notre société sénégalaise, il est plus facile pour un garçon de se réaliser qu’une jeune fille. Il y a trop d’embûches pour nous autres qui sommes du sexe faible! Notre société est sexiste et rétrograde envers les femmes et de ce que doit être notre rôle sur le plan social. Notre société nourrit beaucoup de préjugés envers nous les femmes. Notre force et notre intelligence sont sous-estimées à tous les niveaux. Femmes nous sommes, femmes nous allons demeurer toute notre vie alors qu’ailleurs, il n’y a presque plus de différence entre l’homme et la femme en ce qui concerne le statut social et les responsabilités.

Évidemment, les premiers législateurs de ce monde devaient être des hommes, idem pour ceux qui avaient été les premiers à imaginer l’esprit des religions; sans doute, étaient-ils aussi des hommes. D’ailleurs, si Dieu est à l’image de l’humain et que nous soyons dans les dispositions mentales de concevoir qu’il puisse avoir un sexe, tout le monde s’accorderait à dire alors qu’il serait du sexe masculin.

Bref, face à tous les privilèges des hommes de ce monde, s’il eût fallu renaitre de nouveau, j’hésiterais deux fois avant de porter le sexe féminin. Je le dis pour toutes les mille et unes souffrances que vivent les femmes au Sénégal et les formes d’exploitation qui pèsent sur nous autres.

Eh oui d’exploitations féminines, parlons-en! J’ai vu ma mère exploitée, elle avait vu sa propre mère exploitée par notre grand-père qui fut son mari; j’ai été exploitée, et j’ai été témoin de plusieurs formes d’exploitations sur mes sœurs, et ces méfaits provenaient de mon entourage direct. Toutes ces exploitations ont la même racine : nous sommes tous féminin. Au demeurant, je n’aurais point besoin de remonter loin dans ma lignée pour faire la démonstration que les femmes sont et ont toujours été exploitées. Je ne parlerais que de l’exploitation directe que j’ai subie et des autres tentatives d’exploitations quotidiennes que je vis. Mais avant d’y arriver, c’est-à-dire de parler de mon cas, je voudrais rapidement évoquer une forme de pensée vicieuse et aliénatrice qui concerne toutes les femmes sénégalaises et qui met en lumière une sorte de pensée sociale et collective acceptée presque de tous dont le seul but est de mieux dominer et régenter la vie femme de ce pays…

N’est-ce pas que dès l’entame de mon propos, je vous ai dit que je suis vierge. Je le suis encore. Et pourtant jeune, j’ai été plusieurs fois violée! Cela peut paraitre paradoxe mais vous allez vite comprendre comment j’ai été violée et par qui (à suivre…)

La dévergondée: A.S

1

Comments below

comments

Leave a Reply